Route vers les Bermudes – 27 mai 2019

La météo ne s’annonce pas vraiment favorable pour les quelques jours à venir. Tout d’abord, du vent dans le nez avec une mer formée, puis plus aucun vent. Nous devrions toucher une météo favorable qui nous mènera jusqu’aux Bermudes d’ici quelques jours! Après 24h dans la machine à laver, nous perdons de vue Mira Polaris et nous voilà seuls dans le grand calme. Le vent tourne, on vire de bord, route au sud-est… Soit à 90° de notre route cible… Cette traversée risque d’être longue. Le fameux triangle des Bermudes tant redouté des navigateurs nous offre une météo calme (voire trop calme) et plus nous montons, plus la température descend. On dirait bien que se profile la fin des maillots et le retour de la veste de quart !

Les courants convergents de cette étrange zone du globe nous laissent toute une journée dans une mer de déchets. C’est affreux. Ce que l’on entend à la radio et les images que nous voyons sur Youtube sont bien réelles ! Filets de pêche, boites/gobelets/emballages plastiques, tout y est. Cela nous répugne et nous fait mal au cœur. Que sommes-nous en train de faire à nos océans ??

Après avoir vu un banc de baleines à bec (petits cétacés) nager dans cette déchetterie, le vent revient doucement. Nous croisons La Grande Lulu (nom du bateau) au bout de 5 jours de mer, en pleine nuit, au beau milieu de nulle part. C’est un couple de Bretons parti pour un tour du monde (encore un!) que nous avions rencontré à Cuba. Quel hasard, l’océan est petit !

Après une longue traversée sinueuse de 8 jours, pour parcourir 800 milles, nous voilà ENFIN sur l’île du bermuda! Ce magnifique archipel d’îles reliées les unes aux autres par des petits ponts nous accueille dans un magnifique lagon fermé. A terre, déambule un peuple de financiers en costume, en cravate et…en bermuda!

Nous restons 3 jours dans ce petit paradis à 500 milles de la Floride qui nous plaît beaucoup. Charme à l’anglaise, ambiance «Peace and Love», mais on se rend vite compte que les Bermudiens sont le peuple le plus riche du globe. Pas super pour le portefeuille lorsqu’on souhaite faire le plein de vivres !

Trois jours c’est court, mais la météo semble plutôt bonne pour rejoindre les Açores. Une dépression nous attend sur la route, nous verrons bien ce que la mer nous réservera ! La Grande Lulu largue les amarres en même temps que nous et Mira Polaris nous suivra demain. C’est parti pour une deuxième transatlantique !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *