La vie à bord

L'équipage

Yorick

Nous vous présentons le Capitaine Yorick. il est né à en 1986 à Metz (en Lorraine), loin de la mer. Après ses études à Mont de Marsan, il rêve d’océan.  En 2012 ,il commence par le surf à Capbreton, puis il met un pied sur un voilier et là c’est le début de tout !!!. Il fait ses premières armes au club de Capbreton où il fait quelques régates,  mais surtout  une grande navigation « Capbreton – ile d Yeu ». Ces premiers miles parcourus le font rêver et pourtant lors de cette première traversée les surprises sont nombreuses. il ne s’attendait pas à passer des nuits aussi difficiles. La navigation en duo la nuit c’est compliqué, il faut rester éveillé et attentif à tour de rôle. Et pourtant après ces moments passés en mer il se prend à rêver à de longues croisières en famille. De retour à terre, il regarde de nombreux blogs de voyageurs et souhaite déjà s’acheter un voilier.

Pour des raisons professionnelles, Yorick emménage à proximité de Nantes, à Vertou. Il découvre un bassin de navigation plus intéressant et les clubs nautiques sont plus nombreux. Les possibilités de sorties sont plus importantes.
Il s’inscrit au CVAN (club nautique de Nantes). Ses cours en 420 (petit dériveur de 4M20) sur l’Erdre (rivière nantaise) lui permettent de devenir plus indépendant. Il arrive a comprendre et apprécie les premières sensations. Rapidement il se sent à l’aise et bientôt la gîte * ne lui fait plus peur.
Fréquemment il retourne en mer à bord des habitables du CMN. En plus des sorties en mer qui sont instructives et plaisantes il participe aux cours théoriques du soir. Il étudie tous les aspects qu’un marin doit connaitre, les termes techniques, les différentes allures du voilier, la météo, l’amarrage etc…

Durant l’été 2014 un élément important arrive; sa rencontre avec Vanessa (qui deviendra sa femme).

Yorick cherche à se perfectionner pour cela il suit les cours au CNP club de voile de Pornic . Il acquiert alors de l’expérience sur un nouveau support les J80 ( bateau de course de 8,00 m) . Mais il souhaite apprendre plus, alors il saute le pas et achète son premier bateau avec Vanessa. 
En couple ils naviguent beaucoup à bord de Pepito un aquila de 8, 50 m. Ils partagent leur navigation avec de nombreux équipiers via « Vogue Avec Moi ». Ils continuent de rêver de voyage.  Et puis les sorties en voilier se font bientôt à trois avec Lou la première petite mousse. Le fait d’être propriétaire de son voilier à permis à Yorick de plus s’investir dans les domaines tels que la mécanique, les énergies à bord, le carénage etc..                                                                                            En Aout 2019 c’est le grand saut. Vanessa est enceinte de leur deuxième enfant et Pepito va commencer à être un peu étroit pour la navigation à quatre. Lou occupe la cabine avant et les parents sont serrés comme des sardines dans le carré. Les visites d’un nouveau voilier de voyage commencent. Ce voilier Yorick se l’imagine depuis des années il sait exactement ce qu’il veut!

Yorick a remarqué deux Oceanis 390 à Arzal dont le « Carmina ». Suite à un essai comprenant une sortie de la Vilaine et un mouillage à l’ile dumez (petite île en sortie de Vilaine), c’est le coup de foudre! En plus Gillian le propriètaire du bateau nous donne toute confiance. Il a construit un projet avec deux amis que vous connaissez certainement, le projet « horizons ».

En parallèle, un jeune qui débute la voile achète « Pepito ». 

  • gite: le bateau penche d’un coté sous les effets du vent dans les voiles

Vanessa

Le capitaine en second du navire c’est Vanessa, elle est née à Nantes en 1988.

Ses débuts à la voile se passent auprès de Yorick. Il est passionné et très content de partager cette initiation à la voile. Pour cette première, ce sera à bord d’un 420 sur l’Erdre. Ses premiers bords n’ont pas été un réel succès. Beaucoup de peur alors qu’il n’y avait aucun danger, ses frayeurs lui donnent l’envie d’apprendre les bases de la voile afin de comprendre les comportements d’un voilier. La deuxième sortie se passe dans le golf du Morbihan à bord d’un voilier habitable, en même temps c’est la découverte du golf et de ses nombreuses îles. Cette promenade a été riche en péripéties; nous sommes tombés en panne de moteur, et en plus avec des forts courants, ces courants nous déportaient sur des parcs à huîtres. Ces problèmes techniques rencontrés durant ce week- end ont donnés encore plus soif d’apprendre à Vanessa. Elle se rend compte que la navigation à la voile, c’est un ensemble de connaissances. Un bon capitaine doit posséder tous ses atouts. Elle commencera par la lecture.Son premier livre, c’est un livre que Yorick lui a conseillé « Six ans en famille autour du monde ». C’est le rêve de Yorick « partir un jour à bord de notre voilier en famille afin de vivre une expérience humaine et découvrir des nouvelles villes, des nouveaux pays, des nouvelles cultures et surtout partager cela avec nos enfants ». Et puis des livres plus techniques les uns que les autres afin de comprendre comment régler son voilier, comprendre la météo…

Ensuite il suffisait de naviguer afin de parcourir le plus de milles nautiques possible pour se former. Sur les J 80 à Pornic , elle a suivi les cours niveau débutant. En couple ils naviguent sur différents voiliers via l’association « vogue avec moi » Rapidement ce sera l’achat du premier voilier. Au fur et à mesure des navigations sur Pépito, elle prenait confiance en elle. Elle a aussi participé à quelques régates afin de voir les capacités d’un voilier. En régate,les bateaux sont réglés le plus finement possible afin d’atteindre les meilleures performances, c’est aussi une très bonne école pour apprendre.

Avec l’arrivée du petit mousse, la maman a souhaité devenir plus autonome et surmonter ses craintes pour pouvoir aller plus loin dans notre aventure (navigation de nuit, manoeuvres de port, prise de ris en autonomie…) La navigation en famille nous oblige à naviguer en solitaire.
Pour son 30 eme anniversaire, ses amis et Yorick lui ont offert un coach sur « Pépito » pour naviguer deux jours et une nuit. 

Lou

Lou est née à Nantes en février 2018. Lors de son premier été, alors qu’elle n’avait que 6 mois, elle a découvert la navigation dans la baie de Quiberon à bord de Pépito. Elle a continué de passer des bons moments au Crouesty sur Pepito. Les sorties hivernales étaient plus brèves, mais elles ont permis à Lou de se familiariser avec le bateau. Durant l’été 2019, Lou apprécie être en mer, elle commence à partager ses repas avec nous à l’extérieure. Au cours des escales, elle apprend a marcher sur les pontons. Une de ses premières vraies balades c’était dans les ruelles de port louis (Lorient).

Et les parents craquent pour « CARMINA ».

Pour la navigation d’essai Lou faisait partie de l’équipage. Comme un bon matelot, elle a participé au convoyage Arzal Nantes. Durant les préparations de Carmina, Lou s’habitue au bateau. Bientôt elle se repère et s’amuse dans le carré. Afin qu’elle se sente chez elle nous avons commencé par aménager sa chambre. Mais malheureusement le confinement arrive. Pour Lou cette période a été compliquée. Nous avions commencé à bien vider la maison il ne restait que l’essentiel, et Lou demandait tous les jours le bateau.

Ce qu’elle aime (d’après ses parents) – pécher en mer et manger des poissons frais – participer aux navigations auprès de ces parents – faire des tours d’annexe – allumer et éteindre le moteur – faire pipi dans son pot sur le pont en navigation ou bien devant l’éolienne qui tourne – faire la lessive – prendre l’apéro et surtout manger des olives – voir des poissons, des dauphins et des oiseaux

Ce qu’elle n’aime pas (d’après ses parents): les règles trop strictes mais sécuritaires – être attachée quand elle est sur le pont – devoir ranger ses jouets avant d’en sortir de nouveaux car notre espace restreint nous y oblige. 

Peyo

Peyo est né à Nantes en 2019. Peyo était déjà bercé par les vagues dans le ventre de sa maman à bord de Pépito et de Carmina durant l’été 2019. Peyo n’était pas encore réellement présent lors du convoyage Arzal Nantes mais pour sa maman c’était comme si. Peyo fit connaissance avec Carmina début novembre 2019 alors qu’il n’avait que quelques jours. Les premières couches et premières tétées ont été les premiers moments de Peyo sur Carmina. A partir de ses 7 mois, sa chambre se trouve sur le coté arrière-bâbord de Carmina. Il aime rapidement sa chambre, elle a été préparé comme une chambre de bébé avec des tas de peluches et de jouets. En mer n’importe quel jouet suspendus devient un mobile avec les mouvements du bateau, c’est l’avantage !!

Ce qu’il aime ; faire des câlins avec sa sœur – sa chambre et tous ses nounours – sortir sur le pont et prendre ses repas dehors – mordre et jouer avec les bouts ( on appelle les bouts les cordes sur un voilier) – adore les promenades en famille surtout dans le porte bébé collé à sa maman 

Ce qu’il n’aime pas : être tout seul en cabine alors que nous sommes sur le pont – quand il fait trop chaud dans le bateau

Le bateau

Notre rencontre avec Carmina:

Cette première rencontre a lieu au port d’Arzal. Ce voilier, nous l’avions repéré sur le site »leboncoin » alors qu’il était encore en transat retour d’un tour de l’Atlantique. En amont de la visite, nous avons consulté différents forums et récits de voyage sur ce bateau. Nous avons pu lister les points négatifs et positifs. Notre conclusion, « ce sera notre prochain bateau, enfin on l’espère ».

Après la visite, nous avons juste une déception ; la voile à enrouleur. Nous en avons discuté avec Gillian (le propriétaire), il a su nous rassurer avec de nombreux arguments. Nous avons aussi des retours d’expérience d’amis et de skippers à ce sujet. Ils ont un avis commun « l’essayer c’est l’adopter ».

Nous repartons de notre visite très satisfaits, des idées commençaient à grandir. Par la suite tout va très vite, nous avons profité de nos vacances estivales pour finaliser l’achat.

Nous signons la vente de « Pépito » (notre premier bateau) et le lendemain nous voilà parti  pour une journée d’essai à bord de Carmina. Cette journée a été très sympa, nous avons eu assez de vent pour essayer les voiles et voir le comportement sécurisant de Carmina sur l’eau. Une fausse note pour ces premiers milles nautiques, trop de nuages et d’humidité. Après une nuit à bord de Carmina nous signons le compromis.

Au retour sur notre bon vieux Pépito, nous commençons à rêver « Pourquoi ne pas partir l’an prochain on n’en peut plus d’attendre » On ne va pas laisser un si beau bateau avec autant de capacités à quai!!! 

Le convoyage de Carmina pour rejoindre Bouguenais se passera à la mi-août avec Gillian. Tout l’équipage profite de cette navigation. Gillian est très émus de sa passation, pour lui c’est la fin du voyage à bord de Carmina, mais certainement le début d’autres longs voyages. 

Pour nous c’est la découverte du confort, de l’espace et beaucoup d’émotion de remonter la Loire à bord de Carmina. Nous laisserons Carmina au port à sec du chantier Lavigne, afin de le préparer pour nos futures navigations.   

Description de notre maison flottante: 

Carmina, un Oceanis 390 sera notre nouvelle maison a compté de juin 2020.

Ce T4 comprends 3 chambres, une salle à manger ouverte sur une cuisine aménagée. Un WC – Douche et surtout une terrasse avec une vue exceptionnelle.

Tout ce cocoon rentre dans 12,00 Mètres de long par 4,00 Mètres de large au plus favorable!!!

Ce monocoque est de 1987 même génération que son « Capitaine ».

Description un peu plus technique:

Un long voyage en mer implique un bon équipage mais aussi un bon bateau : l’Océanis 390 dessiné par l’architecte naval Philippe Briand, c’est un bateau marin, robuste et spacieux.

  • Série : Océanis 390 
  • Nom : Carmina
  • Taille : 11m70
  • Tirant d’eau : 1m65
  • Année de construction : 1987 

Parcours

Préparation de l'intérieur

Projet 1 : Début Juin 2020, nous devions rejoindre le bassin Méditerranéen. Pourquoi ce choix alors que tout le monde rêve de transat pour une année sabbatique. C’était un beau challenge, l’itinéraire nous permettait de naviguer pendant quatre jours au maximum. Une durée parfaite pour se former aux navigations de nuit et pas trop longues pour permettre un apprentissage en douceur avec un nouveau bateau et nos deux jeunes mousses. Nous étions enthousiastes à l’idée de découvrir les côtes espagnoles et portugaises. Le passage du détroit de Gibraltar comme le golfe de Gascogne étaient deux endroits où la navigation serait plus technique et sportive. Cela aurait permis à l’équipage d’acquérir de l’expérience (surtout pour Vanessa, Yorick a déjà traversé le Golfe de Gascogne). En Méditerrané nous aurions découvert un nouveau bassin de navigation. Nous souhaitions caboter entre Majorque Minorque et Ibiza avant de rejoindre la Corse. Des nouveaux paysages mais aussi des nouvelles habitudes de navigation à prendre. En Méditerranée, le vent et les rafales sont bien différentes du climat breton. Le plus compliqué pour nous c’était quel sera l’itinéraire retour, reste t’on en Méditerrané pour continuer d’explorer la Grèce, l’Italie etc ou remontons-nous dans notre chère Bretagne ? Mais nous étions incapables de répondre à cette question et nous ne voulions pas trop nous la poser.

Mais arrive le confinement et avec lui de grosses interrogations. Aie Aie Aie !!! Est ce que tout le projet est remis en question? En fonction de la date de déconfinement, le départ dans le Sud était reporté mais les travaux et les préparations du bateau aussi. Selon Yorick, les préparations ne devaient en aucun cas être remise à plus tard. Cette précipitation aurait pu être dangereuse. En effet dans notre planning nous devions mettre à l’eau fin avril afin de naviguer et prendre en main notre nouveau voilier courant mai. Nous devions également naviguer avec Andrew, notre premier enfant invité à bord et relancer la vie associative. Lors de notre arrivée en Méditerranée, nous aurions développé l’association en nous créant un nouveau carnet de contact. Mais Vanessa ne voulait rien entendre, elle espérait toujours que le confinement soit rapidement levé afin que les plans initiaux se réalisent. Finalement on se dit « Soyons prudents et trouvons une solution de replis pour l’hiver ». 

Nos bagages
Notre nouvelle vie sur les pontons

Projet 2 (actuel) : Ce projet commence pendant le confinement en cherchant où nous passerons l’hiver à bord de Carmina. Avec ces circonstances particulières nous souhaitons avoir une place de port attribuée afin de pouvoir justifier d’un lieu de domicile. Le port de Lorient est connu pour sa vie dynamique sur les pontons et ceci même en hiver. En effet nous serons accompagné par des « bateaux maisons ». De plus le port de Lorient est situé en plein centre ville, pour la vie de famille et le développement de la vie associative cela était un atout important dans notre choix. 

Il ne faut pas oublier de mentionner que l’équipe à la capitainerie du port de Lorient est au top. Lors de notre premier contact téléphonique où nous nous sommes présenter (notre famille et notre bateau), le dirigeant Lionel a su écouter nos désirs et nous conseiller. Rapidement, nous avions notre contrat et notre place de port d’attribuée. Nous voila rassurés sur un point, nous ne serons pas obligés de vivre au port à sec suite à la vente de la maison. La vie au port à sec avec deux enfants en bas âge aurait pu être assez compliquée. Lors de notre arrivée à Lorient avec Carmina début juillet, nous avons été reçu comme des rois et cela fait chaud au cœur.

Nous réfléchissions au parcours que nous allions faire cet été. Ce sera tour de Bretagne et profiter de ce beau pays avec plein d’îles pour apprendre à naviguer entre ces balises et autres cailloux. Nous allons travailler pour l’association. Nous devons relancer ce beau projet. Tout l’été, lors des différentes escales, nous allons réfléchir aux différents partenariats possibles. Des partenaires afin de mener des actions ensemble, des contacts pour se faire connaître et ou des partenaires financiers. La remise à jour de ce site internet fera partie des priorités. Nous échangerons avec nos deux écoles pour commencer notre programme avec les enfants dés la rentrée scolaire.

Nous envisageons quand même notre tour de Méditerranée mais à partir des beaux jours en 2021.

Le carousselle de photo représente nos différentes escales entre L et Brest.

Bientôt nous vous décrirons plus en détail les moments forts, les nouvelles rencontres.